Forum Économique Maroco-Ivoirien -Ouverture-

Forum Économique Maroco-Ivoirien -Ouverture-
Messieurs Les Ministres,
Mesdames et Messieurs,
Chers Confrères et amis des médias,
Au nom de la CGEM et des entreprises marocaines que j’ai l’honneur de représenter, je vous souhaite à tous la bienvenue, et à nos frères ivoiriens qui ont fait le déplacement au Maroc je dis ‘‘akwaba’’, marhaba...

Messieurs Les Ministres,

Mesdames et Messieurs,

Chers Confrères et amis des médias,

Au nom de la CGEM et des entreprises marocaines que j’ai l’honneur de représenter,  je vous souhaite à tous la bienvenue, et  à nos frères ivoiriens qui ont fait le déplacement au Maroc  je dis ‘‘akwaba’’, marhaba.

L’organisation de la seconde édition de ce forum en terre marocaine, moins d’une année après notre rencontre d’Abidjan, illustre cette volonté politique de nos deux dirigeants, renforce ces liens d’amitié qui nous unissent et traduit clairement une détermination à améliorer les relations économiques, entre deux pays qui sont aujourd’hui des Pôles régionaux.

La visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en février 2014 en Côte-d’Ivoire, accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires, a donné une nouvelle dimension à notre coopération et nous ouvre de grandes perspectives. Elle a élargi le champ d’intervention des opérateurs économiques à des secteurs variés, traditionnels et émergents.

Aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les grands groupes qui s’intéressent à la Côte d’Ivoire, des PME ont pris le relais de cette dynamique, et nous entendrons le témoignage de certaines d’entre elles aujourd’hui.

Car, et nous ne le savons que trop, le monde bouge, les opportunités économiques se réinventent, les marchés évoluent. Dans ce mouvement, notre objectif commun doit être plus que jamais la coopération régionale, dans toutes ses dimensions : commerciale, financière, économique, mais également humaine et culturelle.

Le Maroc ambitionne d’être un acteur majeur de la coopération dans notre continent, en mettant l’expertise et le savoir-faire des entreprises marocaines à la disposition des projets de développement, comme c’est le cas déjà dans les infrastructures, l’immobilier, la finance et les télécoms par exemple.                      

Un savoir-faire et une expertise dont nous sommes fiers, un capital que nous avons la volonté de partager et d’élargir à des domaines tels que le tourisme, l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique, textile ou encore le secteur des industries métallurgiques et mécaniques.

Mais, il y a aussi de nombreux autres projets qui, bien qu’ils puissent sembler moins ambitieux, revêtent une importance considérable car ils touchent directement le quotidien des citoyens, en améliorant leurs conditions de vie.

Je pense par exemple au village de pêche lancé en février dernier en Côte d’Ivoire.
De tels projets participent à la création d'emplois et à l'essor des TPME, qui représentent la véritable locomotive de développement de l’Afrique et la principale source de travail pour sa jeunesse.

Et permettez-moi de rappeler un chiffre : en 2013 le quart des investissements directs marocains à l’étranger était localisé en Côte d’Ivoire… et cette tendance s’est renforcée avec le plan du Président Alassane Ouattara.

Mesdames et Messieurs,

Je tiens à saluer la Côte d’Ivoire qui a su se relever d’une décennie difficile, grâce à la détermination de son président et de son peuple, et on ne peut que se réjouir de l’ambitieux objectif que s’est fixé ce pays de rejoindre le rang des pays émergents à l’horizon 2020.

Vous, frères Ivoiriens, vous pouvez être fiers du chemin accompli, car la sagesse de votre nation et la recherche de l’intérêt collectif a prévalu. Vous avez continué d’avancer dans un contexte régional difficile.

Aujourd’hui, nous voulons et nous pouvons bâtir ensemble.

Nous voulons réaliser cette co-émergence entre deux pôles économiques majeurs que sont Casablanca et Abidjan à travers l’intégration financière et la connectivité.

Nous pouvons faire évoluer le train des échanges pour doper le commerce entre nos deux pays qui, bien qu’il ait progressé de manière exponentielle en 5 ans, reste assez pauvre en technologie

Nous pouvons jouer sur les complémentarités entre nos deux économies pour créer de la valeur ajoutée partagée en créant des passerelles d’affaires pour ces entreprises qui affichent aujourd’hui clairement leurs ambitions devant nous.

J’invite donc les différents intervenants de ce forum, que je remercie par avance, à axer leur réflexions sur l’intégration, les opportunités d’investissement et les moyens d’accélérer cette dynamique qui est vibrante, qui est palpitante… que l’on sent dans cette salle où 800 personnes veulent faire décoller le partenariat maroco-africain, donner un sens réel à cette coopération Sud-Sud qui écrira l’avenir de notre Continent.

Je souhaite donc plein succès aux travaux de ce Forum et vous remercie à nouveau de votre présence.