L'IFC s'associe à la CGEM pour promouvoir l’employabilité des femmes au Maroc

L'IFC s'associe à la CGEM pour promouvoir l’employabilité des femmes au Maroc

Casablanca, le 18 juillet 2019 – La CGEM et l’International Finance Corporation (IFC), un membre du Groupe de la Banque mondiale, ont organisé conjointement une conférence sur le thème « Quels leviers pour promouvoir l’emploi des femmes et l’égalité du genre en entreprise ? », au siège de la Confédération à Casablanca.

Lors de la séance d’ouverture de cette rencontre, l’IFC a annoncé la mise en place d’un partenariat avec la CGEM en vue de promouvoir l’employabilité des femmes au sein des entreprises marocaines. Cette initiative s’inscrit dans le cadre plus général des efforts de l’IFC pour stimuler le développement économique du Maroc. Elle permettra aux entreprises marocaines de mieux exploiter le potentiel des talents féminins, souvent sous-utilisé. En effet, les femmes représentent seulement 23% de la main d’œuvre formelle au Maroc et ce chiffre est en baisse constante depuis 10 ans.

« L’égalité des sexes est l’une de nos thématiques stratégiques. Les efforts conjugués de la CGEM et de l’IFC permettront d’augmenter l’égalité des chances pour les femmes sur le marché du travail », a déclaré M. Aziz Qadiri, Président de la Commission « Genre & Égalité des chances » de la CGEM. « Cela contribuera,  d’une part, à réduire les disparités hommes-femmes qui existent actuellement et d’autre part, à la croissance de l’économie marocaine », a-t-il souligné.

« Notre partenariat avec la CGEM vise à promouvoir la participation des femmes au marché du travail marocain et soutenir une croissance inclusive dans le Royaume», a déclaré M. Xavier Reille, Directeur de l’IFC pour la région Maghreb. « Les études nous montrent qu’investir dans l’employabilité des femmes représente une source de croissance supplémentaire pour les entreprises », a-t-il ajouté.

Dans le cadre de cette initiative, l’IFC mettra à la disposition de la CGEM des outils pour stimuler l’employabilité des femmes et leur promotion à des postes de management au sein des entreprises marocaines.

Par ailleurs, cette conférence a été marquée par la présentation des résultats de l’étude «État des lieux de la perception de l’égalité homme /femme dans l’entreprise » réalisée par la Commission « Genre & Égalité des Chances ». Première en son genre, cette étude a couvert tout le territoire national et ciblé un échantillon composé de simples citoyens actifs et d’un ensemble d’entreprises. L’objectif étant de confronter la perception de l’égalité H/F en milieu de travail et la réalité sur le terrain à travers les pratiques des entreprises souvent impactées par la culture de la société marocaine.

L’étude a fait ressortir 4 principaux constats :

  • 85% des entreprises considèrent que les femmes ne sont pas pénalisées dans leur carrière professionnelle par rapport aux hommes ;
  • 79% des dirigeants des entreprises sont indifférents au genre du manager ;
  • 85% des entreprises sont favorables à l’aménagement du temps de travail pour les salariés mères de famille ;
  • 97% des entreprises sont favorables à rendre obligatoire l’égalité salariale entre les hommes et les femmes.

La présentation des résultats de l’étude a été suivi d’une table ronde qui a connu la participation de Mme Salima Admi, Directrice du Travail au Ministère du Travail et de l’Insertion Professionnelle, d’éminents experts nationaux et internationaux en matière de genre et des représentants d’entreprises. Elle a permis de discuter des bonnes pratiques et des difficultés opérationnelles rencontrées par les entreprises pour la mise en place d’une politique genre pérenne. La table ronde a également été l’occasion de partager les initiatives mises en place dans d’autre pays pour inciter et encourager l’engagement des entreprises en la matière et d’échanger sur les leviers prioritaires à articuler pour renforcer l’emploi des femmes.

À l’issue des débats, M. Aziz Qadiri a décliné les axes stratégiques sur lesquels la Commission se concentrera et qui seront développées en actions prioritaires, notamment le lobbying vis-à-vis des pouvoirs publics, l’accompagnement du secteur privé pour faire progresser la situation de la femme en entreprise et la mise en place de mesures dédiées aux femmes elles-mêmes. Par ailleurs, M. Qadiri a annoncé la création d’un observatoire dédié.