Le Maroc et le Portugal peuvent mieux exploiter leurs atouts pour co-construire de nouvelles chaînes de valeur

Le Maroc et le Portugal peuvent mieux exploiter leurs atouts pour co-construire de nouvelles chaînes de valeur

Le Maroc et le Portugal peuvent mieux exploiter leurs atouts pour co-construire de nouvelles chaînes de valeur aussi bien au sein de leurs marchés domestiques qu'à destination des pays de l’Europe ou de l’Afrique, a souligné, mardi à Rabat, la présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah Chaqroun.

L’amitié ancestrale et l’histoire partagée entre le Maroc et le Portugal doivent constituer le socle d’un nouveau départ pour fructifier le passé commun, en accordant les complémentarités des économies des deux pays, a affirmé Mme Bensalah Chaqroun qui intervenait à l’ouverture du Forum économique bilatéral, tenu à l’occasion de la 13ème Réunion de Haut Niveau Maroc-Portugal, précisant que les domaines de complémentarité devant être saisis sont nombreux.

Elle a plaidé, à ce titre, pour la mise en place d’un pôle de compétitivité atlantique dans le secteur de l’automobile visant à approvisionner l’Europe et notamment l’Espagne et le positionnement dans les nouvelles opportunités de l’économie verte.

La construction d’un écosystème transnational dans le textile offre aussi des possibilités intéressantes, aussi bien dans le sourcing que dans l’intégration de nouvelles chaînes de valeur, comme le street fashion, a-t-elle ajouté.

Un positionnement commun dans le BTP et les infrastructures sur les marchés d’Afrique pourrait être bénéfique aux entreprises qui disposent d’une expertise technique prouvée et de références solides, a estimé la patronne des patrons. 

Dans le domaine touristique, le Maroc et le Portugal reçoivent autant de touristes l’un que l’autre et présentent une offre touristique complémentaire, a-t-elle rappelé, indiquant qu’un co-branding bien construit, avec une connectivité aérienne adéquate, permettrait à Rabat et Lisbonne d’accroître les arrivées aux frontières.

La présidente de la CGEM a évoqué également l’agroalimentaire, le secteur de la pharmacie, les mines, l’électronique et bien d’autres domaines, appelant à saisir toute l’ampleur de ce qu’il reste à construire en terme d’avenir commun.

Dans ce sens, le Portugal, un pays en développement continu, peut trouver dans le Maroc un "partenaire économique fiable, sérieux et crédible", a-t-elle poursuivi.

Le Maroc, 3è pays le plus performant en termes de Doing Business en Afrique, et premier en Afrique du Nord est aujourd’hui un modèle de développement économique de référence et un acteur régional, s'est-elle réjouie.

Le Maroc est ce mélange réussi de secteurs traditionnels comme l’agriculture, l’agro-industrie, le textile, le tourisme et le BTP et des secteurs de pointe comme la finance, l’automobile, l’aéronautique, l’électronique et la pharmaceutique, a-t-elle martelé, ajoutant que cette diversification permet au Royaume de maintenir une croissance positive et d’attirer les investissements de géants industriels mondiaux.

Le Maroc constitue aussi une plateforme de relations commerciales avec 150 pays et un hub d’investissements grâce à 55 accords de libre-échange et le 16è rang mondial en termes de connexion maritime, a, à cet égard, rappelé la présidente de la CGEM, mettant en avant le rayonnement des centaines d’entreprises marocaines sur le plan africain avec notamment une implantation dans 30 pays d’Afrique.

Pour sa part, le président de l’Agence pour l’investissement et le commerce extérieur du Portugal (AICEP), Luis Castro Henriques, a indiqué que les investisseurs portugais accordent un "intérêt particulier" au marché marocain qui dispose d’un "haut potentiel" dans divers domaines.

Les échanges commerciaux maroco-portugais ne cessent d’accroître et le nombre d’entreprises portugaises installées dans le Royaume est passé de 20 à près de 300 en 9 ans, confirmant la tendance haussière des relations économiques et commerciales bilatérales, a dit M. Henriques, ajoutant que l’AICEP encourage les entreprises portugaises à s’implanter dans le Royaume qui offre d’énormes opportunités d’investissement.

"Nous sommes déterminés plus que jamais à approfondir et à développer les liens économiques et commerciaux avec le Maroc, devenu le 10ème client du Portugal", a-t-il dit.

A l’issue de la cérémonie d’ouverture du forum économique Maroc-Portugal, marquée par des allocutions du Chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, et de son homologue portugais, Antonio Costa, des conventions et des accords de coopération ont été signés entre des opérateurs privés marocains et portugais.