Intervention de Mme Miriem Bensalah Chaqroun lors de la Conférence « Action Climat Maroc 2017 Post COP22 »

Monsieur le Chef du Gouvernement,

Madame La Ministre, Messieurs les Ministres

Monsieur le Président du CESE,

Monsieur le Président du CNDH,

Mr le Représentant de l’ONU,

Messieurs les membres du Comité COP22

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames, Messieurs les représentants des organisations internationales

Mesdames et Messieurs,

 

Je souhaite féliciter le Secrétariat d’Etat chargé du développement durable pour l’organisation de cette conférence visant à faire un point d’étape sur l’action climatique de notre pays et ses perspectives.

Je vous remercie pour votre invitation qui me permet de partager, au nom du secteur privé marocain, acteur et partenaire, notre vision des enjeux et opportunités du changement climatique pour les entreprises.

 

Le secteur privé est aujourd’hui partie prenante de la lutte contre le changement climatique. Un rôle reconnu explicitement par l’Accord de Paris.

Les entreprises, bien qu’étant seulement observatrices au sein des négociations pour le climat seront les locomotives de la transformation de l’économie mondiale attendue dans la dynamique de l’Accord de Paris. Il leur appartiendra de mettre en œuvre, les engagements des Etats à travers :

  • L’adaptation de leurs systèmes productifs aux nouvelles exigences d’une économie décarbonée et résiliente ;
  • La création de nouvelles filières, génératrices de valeur ajoutée et d’emplois, dans le cadre de la nouvelle économie verte.

La CGEM s’est inscrite dans ces enjeux climatiques, bien avant l’Accord de Paris en étant un acteur volontaire, convaincu que pour les Etats et les entreprises le coût de l’inaction sera plus élevé que celui de l’action.

Notre engagement pour le climat dure depuis 23 ans déjà. Et je voudrais rappeler que :

  •  La CGEM a été associée depuis 1994 aux négociations sur le changement climatique ;
  • Nous nous sommes dotés, dès 1999 d’une Commission dédiée à l’environnement et au climat ;
  • Nous avons créé, en 2000, le Centre Marocain de production propre qui a accompagné des dizaines de projets MDP en promouvant notamment les Energies Renouvelables et l’Efficacité Energétique ;
  • Nous avons participé à la COP7, organisée en 2001 à Marrakech ;
  •  Nous avons consolidé notre partenariat avec la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, avec le Pacte Qualit’Air, à travers lequel, les entreprises s’engagent, d’une manière volontaire, à mesurer leurs émissions de GES et adopter un plan d’action pour les réduire.
  •  Et nous avons créé, en partenariat avec les ministères concernés et la société civile une Coalition pour la valorisation des déchets (COVAD) ainsi qu’une deuxième pour la préservation de l’eau (COALMA).

 

Cet engagement, que nous portons avec conviction a été renforcé à l’occasion de la COP22 par une mobilisation sans précédent de nos forces vives, que ce soit nos fédérations sectorielles, et nos représentations régionales, et qui nous a valu le titre de partenaire officiel de la COP22.

Au cours de l’année 2016, nous avons conduit un programme sur 21 événements nationaux et internationaux (Londres et Nairobi notamment) avec l’objectif de sensibiliser les entreprises à la donne climatique, et dans l’optique également de ressortir avec des recommandations qui ont été soumises aux négociateurs de la COP22, jouant ainsi pleinement notre rôle de représentant du secteur privé et d’organisation accréditée auprès de la CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques).  Nous sommes depuis observateurs de toutes les COP.

Ce programme pour lequel nous avons engagé 12 MDH, intégralement financés par le secteur privé, a également permis à la CGEM de mobiliser les entreprises mondiales pour leur engagement à soutenir les Etats dans la lutte contre le changement climatique.

Le 16 novembre dernier, en marge de notre High Level Business Summit, nous avons tenu un « Conseil des Patronats » au cours duquel 45 organisations patronales ont signé la « Déclaration de Marrakech en faveur du climat » et ont rejoint le réseau Marrakech Business Action for Climate  (MBA4 Climate) que la CGEM a créé pour coordonner et pérenniser l’action du secteur privé mondial.

Ce réseau qui compte aujourd’hui 50 membres – dont 25 Africains- tiendra sa 2e réunion le 6 juillet prochain à Casablanca, lors de notre Forum « Entreprises Climat Maroc » (et je lance une invitation à l’ensemble des acteurs concernés par le climat pour participer à cet événement).

Mesdames, Messieurs,

Au nom du secteur privé marocain j’aimerais féliciter toutes celles et ceux qui ont fait de la COP22 cet événement planétaire, organisé au Maroc, un vrai succès.

La COP22 est derrière nous et l’action est encore devant nous. Et cette action, nous devons la mener de manière :

-    Cohérente à travers un partenariat public-privé clair et fort, où Etat et entreprises jouent chacun son rôle en parfaite synergie ;

-    Efficiente par le biais de programmes soutenables et évaluables.

Dans ce sens, et pour aider le secteur privé marocain, en particulier les PME/PMI, à assumer son rôle dans la lutte contre le changement climatique  et lui permettre d’accéder  au plus vite à la nouvelle économie Climat , la CGEM a lancé  dès Octobre  2016  un programme inédit au niveau du secteur privé mondial que nous avons appelé « Initiative Entreprise Climat Maroc ». Cette initiative est déclinée en quatre axes :

1.       La sensibilisation des entreprises sur le risque/opportunité climat ;

2.     Le renforcement de compétences à travers la formation du capital humain à la démarche climatique ;

3.     L’accompagnement des entreprises pour réussir l’intégration des risques et opportunités climatiques dans leur fonctionnement ;

4.     Le développement d’un cadre propice à l’émergence au niveau national de la nouvelle économie verte.

 

Un Plan de mise en œuvre de cette initiative pour 2017/2018 a été établi avec des structures de gouvernance associées au niveau de la CGEM.  

Ainsi, depuis janvier 2017 des actions permanentes de renforcement des capacités du secteur privé dans ce domaine sont menées. Cette dynamique Climat du secteur privé concerne autant les aspects scientifiques, techniques, technologiques et financiers que les négociations menées dans le cadre de la CCNUCC.

C’est à travers cette initiative que nous voulons formuler le cadre d’un partenariat public-privé entre la CGEM et les acteurs étatiques. Nous venons avec une démarche structurée et un cadre de travail bien défini qui s’inscrit dans la complémentarité avec ce que fait l’Etat, et notamment avec le 4C Maroc dont nous sommes membre fondateur. 

 

Mesdames et Messieurs,

La CGEM n’a pas la prétention de relever et réussir seule la mutation attendue de nos entreprises.

De même que nous ne voulons pas nous substituer au rôle de l’Etat, mais nous avons besoin de son appui pour permettre à nos entreprises d’accompagner l’action nationale et de transformer la lutte contre le changement climatique en opportunité économique plutôt qu’en contrainte.

Nous sommes dans le temps de l’action, nous avons l’agenda de l’action, il nous reste à agir…ensemble.

 

Je vous remercie.