Rencontre avec les entrepreneurs français: COP 22 : quels enjeux et opportunités pour les entreprises ?

 

Monsieur le Président,

Chères Consœurs, chers confrères

Mesdames et Messieurs,

 

Je tiens à féliciter le MEDEF pour cette initiative visant à maintenir la mobilisation des entreprises autour de la question climatique.

La rencontre d’aujourd’hui témoigne d’une conviction, que la CGEM partage, et que nous devons TOUS NOUS APPROPRIER : Il est aujourd’hui nécessaire d’inscrire l’agenda et l’action climatiques au cœur même du quotidien des entreprises.

Je remercie vivement le Président Pierre Gattaz pour son invitation qui me permet de partager, au nom de la CGEM, notre vision des enjeux et opportunités de la COP22 pour les entreprises.

Le Maroc, bien qu’il ne soit pas un grand émetteur de gaz à effet de serre -avec seulement 0,16% des émissions mondiales, s’est engagé de manière volontaire et responsable dans la lutte contre le changement climatique.

Notre pays a lancé, depuis la fin des années 90, plusieurs initiatives qui lui confèrent un statut de pionnier sur le continent africain, je cite à titre d’exemple :

  •  Création de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement dès 2001
  • Plan solaire et éolien visant à assurer, en 2030, 52% des besoins en électricité à partir d’énergie renouvelable
  • Nouvelle stratégie énergétique
  • Programme national de gestion des déchets ménagers
  • Nouvelle politique agricole à travers le « Plan Maroc Vert »
  • Renforcement de l’arsenal législatif…

 

L’Appel de Tanger qui a été lancé par SM le Roi Mohammed VI et le Président François Hollande, le 20 septembre 2015, est un message fort, marquant les engagements que nous devrons tous prendre.

Ces engagements impliquent une mobilisation des gouvernements, des ONG et des citoyens, mais aussi et surtout des entreprises.  Et nous croyons fermement qu'elles seront les locomotives du changement.

L’action des entreprises est importante pour l’atteinte des objectifs en matière de lutte contre le réchauffement climatique elles devront être les vecteurs de déploiement du développement durable.

Le MEDEF a initié un programme ambitieux en marge de la COP21 et nous y a associé : nous l’en remercions !

  • Ici même à Paris, nous avons participé au High Level Business Summit on Energy and Climate Change.
  • Ici même à Paris, nous avons signé une déclaration conjointe du secteur privé, avec plus de 25 patronats mondiaux.
  • Ici même à Paris, nous avons pris l’engagement de poursuivre cette dynamique.

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs : cette promesse a été tenue et continuera de l’être !

Lors de la COP22 nous organiserons, une seconde édition du High Level Business Summit, le 16 novembre à Marrakech, à laquelle nous vous invitons à prendre part.

Nous avons élaboré une 2e déclaration des patronats, que nous signerons à l’issue de cet événement : nous comptons y associer 50 organisations patronales de tous les continents.

Bien avant la COP22, et depuis le début de l’année,  nous avons organisé des conférences thématiques à portée nationale ou internationale et des « business dialogue ».

Nous formulons, à l’issue de chacune de ces manifestations des recommandations que nous soumettrons aux négociateurs principaux de la COP22.

Nous assisterons aux négociations climatiques lors de la COP22 et de toutes les COP à venir : car nous avons obtenu le statut d’organisation observatrice auprès des Nations Unies

Nous sommes partenaires officiels de la COP22 : Enfin, nous avons signé, vendredi dernier, avec le comité de pilotage de la COP22, une convention en ce sens.

BIEN ENTENDU, le programme de la CGEM ne se limite pas à l’organisation de ces événements. Nous allons, dans le cadre d’une stratégie climat du secteur privé, qui sera dévoilée prochainement :

 

  • Accompagner les entreprises dans l’adaptation de leur process aux futures contraintes réglementaires
  • Contribuer à l’identification des opportunités qui permettront l’émergence d’éco-systèmes liés à la nouvelle économie verte.

Car, Mesdames, messieurs ne nous y trompons pas :

 

1.     Toutes les entreprises, sans exception aucune, sont ou seront affectées par les contraintes climatiques. Certains secteurs, le seront plus que d’autres.

2.     Si les entreprises sont jugées aujourd'hui sur leur Responsabilité Sociale. Demain, elles seront évaluées sur leur capacité à produire plus propre.

3.     Les engagements de réduction GES auront un impact sur les coûts de production. Et, face au changement climatique, le coût de l’inaction sera bien plus élevé que celui de l’action.

 

Nous pouvons alors distinguer au moins 3 types d’opportunités pour les entreprises :

 

  • Les actions de réduction des GES permettront à terme une réduction des coûts de production.
  • L’intégration du risque climatique dans la stratégie globale de l’entreprise lui permettra d’avoir une longueur d’avance.
  • D’autres entreprises ont directement à y gagner : celles qui apportent des solutions, celles qui se positionnent sur l’économie verte.

 

Ces tendances en matière de solutions durables sont déjà visibles dans plusieurs secteurs aussi bien au Maroc qu’en France, mais il s’agit aujourd’hui d’aller plus loin dans la recherche de solutions industrielles.

Nous devons trouver des niches de compétitivité dans la R&D, grâce à des partenariats avec la communauté scientifique. 

 

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

 

Les pays sont, aujourd’hui, inégaux face au changement climatique. Les pays en développement, et en particulier les pays émergents, estiment avoir le devoir et le droit de poursuivre leur développement.

 Ces pays doivent composer entre la recherche de financements à la fois pour leur développement mais aussi pour la lutte et l’adaptation au changement climatique.

Un appui significatif et rapide est indispensable pour accompagner les pays africains dans leurs efforts de développement durable.

Dans ce cadre, le Maroc et la France se distinguent grâce à leur engagement fort et à leurs actions volontaires et novatrices en matière de lutte contre le changement climatique.

Je vous invite donc à vous inscrire dans une approche globale, qui transcende nos frontières, et où la lutte contre le changement climatique constitue un vivier d’opportunités que nous pouvons saisir ensemble.

 

Rendez-vous donc à Marrakech.

 

Je vous remercie pour votre attention