Dans le cadre de son partenariat public privé, et dans l’objectif d’accompagner la transmutation socio-économique, et d’être un acteur incontournable dans la dynamique que connait la région de l’Oriental, la CGEM Oriental s’est impliquée activement et sûrement dans l’évènement organisé par le Conseil de la Région de l’Oriental tenu, le samedi 5 décembre 2015, sous le thème ‘’Oriental Invest In’’.

Etant une force de réflexion et de proposition, la CGEM Oriental a mobilisé fortement ses membres autour de cette journée d’études et de réflexion relative à l’investissement et au climat des affaires dans la région de l’Oriental, pour faire de ce rendez-vous un hub entre partenaires institutionnels, experts et hommes d’affaires d’ici et d’ailleurs.

Cette rencontre avait notamment réuni outre le Président de la CGEM Oriental, M Abdelkrim MEHDI,  M Ahmed Réda CHAMI ancien ministre, le Wali de la Région de l’Oriental, le Directeur Général de l’Agence de Développement de l’Oriental, le Vice-président du Conseil Régional, le Directeur du Centre Régional d’Investissement, le Président de l’Université Mohammed Premier, des membres de la CGEM Oriental et bien d’autres acteurs économiques de la région pour, échanger , partager des réflexions et proposer des recommandations collectives liées aux divers secteurs porteurs de l’Oriental.

L’intervention de la CGEM Oriental, lancée par son président M Abdelkrim MEHDI a rappelé que la région de l’Oriental a eu de la chance en bénéficiant d’un investissement public important et en ayant des chantiers structurant avant l’entrée en vigueur de la régionalisation avancée.

M Abdelkrim MEHDI a également mis le point sur certaines stratégies sectorielles qui ont enregistré des ralentissements puisqu’elles étaient lancées sans s’entourer des conditions de réussite. Ces stratégies se caractérisent par des défaillances structurelles liées à l’absence de cohérence et d’un manque de convergence, limitant ainsi leur efficience.

Ces stratégies n’ont pas eu de portée positive sur les secteurs clés de la région de l’Oriental notamment   la vision 2020, qui n’a pas eu son impact effectif sur la station balnéaire de Saidia, qui outre tout cela, pose un vrai problème de gestion.  Toutefois, le tourisme en général souffre de dysfonctionnements qui entravent le développement du secteur et la consolidation de sa position.

Par rapport au volet agricole, la région de l’Oriental a besoin d’une revalorisation a rajouté M. MEHDI, qui rappelé que le plan MAROC VERT, n’a pas eu un impact très positif sur la région de l’Oriental.

Quant au plan Maroc numéric, M MEHDI a rappelé que le vivier du secteur de l’Offshoring est très potentiel dans la région, notamment que l’Oriental dispose de ressources humaines qualifiées dans cette filière mais qui reste tout de même mal exploitée.

Les énergies renouvelables représentent un vecteur très prometteur pour la région, vu sa nature géographique et son climat qui favorisent l’investissement dans l’énergie solaire.

En achevant son intervention, le Président de la CGEM Oriental a lancé un appel pour la réinvention du modèle économique de l’Oriental en capitalisant sur le rôle du CREA (Comité Régional pour l’Environnement des Affaires), qui représente une plateforme de communication et d’écoute très efficace, mais aussi, la nécessité d’exploiter le potentiel de la communauté marocaine résidante à l’étranger qui pourrait être une valeur ajoutée pour la région.

L’appel a été lancé également par M MEHDI, pour le déblocage des projets en stand-by auprès du gestionnaire MED-Z, avec un accompagnement financier revu et adapté au à la nature de l’Entreprise Régionale, notamment à travers l’accompagnement d’un FIRO amélioré (Fonds d’investissement de la région de l’Oriental) et des banques régionales qui doivent être un accompagnateur et partenaire de l’Entreprise.


Les orateurs économiques et intervenants lors de cette rencontre ont souligné tous que l'Oriental doit être au rendez-vous, puisque cette région sera en concurrence avec onze autre, pour le déblocage des ressources financières, et que cette région est appelée à développer d’autres approches d’investissement, tout en tenant compte des contraintes existantes.

 

 

Partager
Voir plus