La Convention de création du Conseil des  affaires des pays membres de l'Accord arabo-méditerranéen de libre échange dit  "Accord d'Agadir" constitue un pas en avant vers la mise en place d'un  partenariat de poids entre les représentants du secteur privé des pays membres  dans les différents domaines industriels et commerciaux d'intérêt commun, a  affirmé, mercredi à Casablanca, le ministre délégué chargé du commerce  extérieur Mohamed Abbou.

 Intervenant lors de la cérémonie de signature de la convention de création  du Conseil des affaires des pays membres de l'Accord d'Agadir, M. Abbou a  relevé que ce Conseil contribuera à l'enrichissement de l'expérience  d'intégration de manière à répondre aux aspirations communes des pays membres  de l'Accord, signé en 2004 par le Maroc, la Tunisie, l'Egypte et la Jordanie et  entré en vigueur en 2007, ajoutant que cet Accord s'érige en tant que "bon  modèle" d'intégration économique et commerciale dans la région arabo-islamique,  eu égard notamment aux résultats positifs réalisés depuis les premières années  de sa mise en application.

 Cet accord est à même de contribuer au renforcement des capacités  commerciales et économiques des Etats membres, notamment avec l'exonération  immédiate et complète des droits de douane et des taxes à effet similaire pour  les échanges commerciaux bilatéraux, a relevé le ministre, notant que "l'Accord  d'Agadir" aspire à la consécration de la coopération dans le cadre de l'espace  euro-méditerranéen, compte tenu notamment des larges potentialités qu'il recèle  et des possibilité qu'il offre en tirant profit des expériences de pays leaders  dans les domaines de l'exportation, d'investissement, d'accès à des marchés  prometteurs et d'attrait d'investissements étrangers, particulièrement  européens.

 Pour sa part, M. Hakim Marrakchi, président de la Commission CGEM  International, a appelé à la création de projets susceptibles de créer une plus  grande intégration économique entre les Etats membres de l'Accord d'Agadir,  soulignant l'importance de hisser le volume des échanges commerciaux entre ces  pays.

 Dans une allocution, lue au nom de la présidente de la Confédération  générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah Chaqroun, il a  insisté sur la nécessité d'augmenter les investissements communs et d'améliorer  les lignes maritimes entre Etats membres, estimant que la création du Conseil  des affaires des pays de l'"Accord d'Agadir" contribuera à renforcer la  compétitivité des économies des Etats membres face à leur principal partenaire,  à savoir l'Union européenne.

 L'"Accord d'Agadir" a été signé, le 25 avril 2004, à l'initiative du Royaume  du Maroc avec la bénédiction des pays parties. L'Accord a été baptisé ''accord  d'Agadir'' car le processus a été initié en mai 2001 à la ville d'Agadir.

 L'accord d'Agadir a, notamment pour objectifs la libéralisation du commerce  extérieur des pays membres, l'encouragement de l'investissement tant intérieur  qu'extérieur, la réalisation de l'intégration économique entre les pays  parties, le développement du commerce, du partenariat économique avec leurs  voisins européens, les pays de la rive nord de la Méditerranée.
 

Partager
Voir plus