Messieurs les Ministres

Monsieur le Président de l’Union pour la Méditerranée

Monsieur le Président du directoire de Masen,

Mesdames et Messieurs,

Je suis, encore une fois, très heureuse de me retrouver, parmi vous, et de participer à cette conférence qui porte sur une thématique essentielle à la croissance durable de notre pays et qui suscite beaucoup d’intérêt pour nous tous ; opérateurs privés, responsables gouvernementaux, ou société civile.

Mesdames et messieurs

Notre pays a fait le choix stratégique, éclairé et avisé d’un modèle économique aux multiples facettes s’inscrivant dans une logique de durabilité, qui préside aux destinées de toutes les politiques publiques de développement.
Nous ne pouvons que nous enorgueillir de cette orientation, voulue au plus haut niveau de l’Etat par notre souverain, allah inasro. Sa Majesté le Roi a dans ce cadre, exprimé la volonté du Maroc de pérenniser son développement économique et social à travers une politique énergétique efficace et respectueuse de l’environnement de manière à prémunir les générations futures de tous les risques à caractère économiques et écologiques. 


Mesdames et messieurs,

Le Maroc, nous le savons tous, vit une dépendance énergétique trop forte, pénalisant les réserves budgétaires de l’Etat.  Parallèlement à cela, nous le savons tous, le pays regorge de sources d’énergie renouvelables exploitables.
Le choix se fait de lui-même ! L’alternative la plus prometteuse est, à notre sens, le renforcement de la capacité de production d’énergie ainsi que l’ouverture aux investissements publics et privés dans les énergies alternatives ou renouvelables ainsi que l’efficacité énergétique, clés de voûte de la politique énergétique nationale.
Dans cette perspective, nous saluons, le programme ambitieux  de développement des énergies renouvelables au Maroc dont le plan solaire marocain est un exemple édifiant qui se traduira par l’émergence de filières nouvelles menant à une économie verte et durable ; Ce plan, qui, dans son sillage, envisage le recours à l’industrie et aux compétences locales dans la réalisation des équipements nécessaires aux parcs solaires. C’est une opportunité  de taille qu’il faut saisir afin de doter le Maroc d’une plateforme industrielle garantissant la concrétisation de son ambition solaire. Les atouts, et surtout les freins, sont multiples et de natures différentes et différenciées : humaine, règlementaire, administrative, technique, économique, financière, technologique, industrielle, etc.

Le succès des programmes nationaux engagés, nécessite de ce fait, une approche pragmatique et transversale, intégrant la formation, la recherche, le développement industriel et conciliant les contraintes économiques, environnementales et sociales du pays.
Les plates-formes technologiques ou cleantech, ont dans ce cadre un rôle fondamental à jouer car elles sont au cœur de la dynamique d’innovation participant à la fois au rapprochement recherche industrie, et à une meilleure utilisation des équipements structurants pour l’innovation technologique par les entreprises et la communauté scientifique, tout en étant des outils accélérateurs de projets de R&D.
De même le cluster solaire, lancé en avril passé, représente un avantage compétitif certain pour nos entreprises, qui permettra à terme à nos industries, en mutualisant leurs moyens, d’accroitre leur rentabilité et leur positionnement dans les secteurs porteurs de l’économie verte.

Mesdames et Messieurs,

Pour le déploiement des nouveaux sentiers de l’économie verte au Maroc, la CGEM est un acteur incontournable et indispensable, notre confédération étant pleinement consciente des potentialités que recèle ce créneau. Car, bien au-delà du simple effet de mode, l’économie verte permet de promouvoir l’investissement, de créer des emplois décents et de concilier entre performance économique et équilibre environnemental, au bénéfice de la compétitivité et de la responsabilité sociale et environnementale de nos entreprises qui est, comme vous le savez, au cœur des valeurs portées par notre confédération.
La CGEM  œuvre, à travers sa commission économie verte et au centre marocain de production propre, au développement d’une économie verte à rayonnement international au même titre que les autres métiers mondiaux du Maroc permettant ainsi aux entreprises marocaines d’avoir un meilleur potentiel de croissance, une meilleure rentabilité, des économies d’énergie et un meilleur accès aux marchés internationaux.

Mesdames et Messieurs,

Comme le dit si bien le sous-secrétaire de l’ONU, Achim Steiner « le Royaume est actuellement devenu un pays pionnier dans le domaine du développement durable, notamment dans les secteurs des énergies renouvelables ».
Fort de cette expérience dans les énergies renouvelables, le Maroc qui se montre en faveur d'une coopération accrue avec ses voisins africains, doit indiquer le chemin à parcourir pour qu’ensemble ces pays relèvent le défi environnemental et développent un nouveau paradigme économique où la richesse matérielle ne s'accompagnerait pas inévitablement d'une augmentation des risques environnementaux, de la pénurie de ressource et de la disparité sociale. L'objectif ultime étant d'habiliter les pays africains à faire face ensemble aux menaces croissantes que la variabilité du climat et le changement climatique font peser sur le développement du continent.
De surcroit, SM la Roi a donné ses Hautes Orientations pour que le plan  solaire soit un véritable levier de coopération Sud-Nord et Sud-Sud, à travers le partage d’électricité verte avec les pays européens et, d’autre part, la coopération institutionnelle, opérationnelle et solidaire,  avec les pays d’Afrique disposant d’un potentiel solaire avéré.

Mesdames et messieurs,

Nul ne peut ignorer que les défis à relever : intégration industrielle, protection de l’environnement, partage d’expérience ne sont réalisables qu’avec la conjugaison d’efforts des secteurs public et privé, dans le cadre d’un partenariat solide et durable, capable d’assurer une meilleure croissance économique et bénéficiant à l’ensemble de nos entreprises et à notre pays.

Je vous remercie.
 

Partager
Voir plus