Le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) vient de livrer son avis sur l’envolée des prix des fruits et légumes. Il insiste sur l’urgence d’une réorganisation des circuits de commercialisation et d’une réglementation du rôle des intermédiaires pour neutraliser la hausse des prix des produits alimentaires.

Le CESE recommande plusieurs mesures visant à organiser les circuits de commercialisation et à limiter l’intervention des intermédiaires. Il est ainsi proposé d’accélérer la réforme des marchés de gros en adoptant un dispositif ouvert à la concurrence et conditionné par le respect d’un cahier des charges.

Le développement des circuits courts de commercialisation à caractère coopératif est également encouragé, de même que la promotion du commerce de proximité et le regroupement des petits et moyens agriculteurs dans des coopératives.

Le CESE préconise également la mise en place d’un cadre juridique encadrant les pratiques de stockage des produits agricoles, afin de lutter efficacement contre l’entreposage à des fins spéculatives.

La transformation digitale de la commercialisation des produits agricoles est également envisagée, notamment à travers la conception de plateformes digitales permettant aux agriculteurs d’accéder instantanément aux données sur les prix réels et d’écouler directement une partie de leurs produits.

Il est également préconisé de mettre en place un cadre réglementaire précis et opposable pour repenser et réguler le rôle et les missions des intermédiaires dans la chaîne de commercialisation. Le CESE propose aussi le renforcement des opérations de contrôle des prix et de respect de la concurrence, et d’en augmenter la fréquence. Il recommande enfin la création d’un observatoire des prix et des marges pour aider à la détection de tout comportement d’accumulation non-justifiée des marges de profit au détriment du pouvoir d’achat des citoyens.

Partager
Voir plus