A l’invitation de la Chancelière Allemande, Mme Angela Merkel, Mme Miriem Bensalah-Chaqroun, Présidente de la CGEM a participé, les 16 et 17 septembre 2015, au « Forum G7 pour le dialogue avec les Femmes », organisé à Berlin, dans le cadre des engagements du G7 concernant l'amélioration des conditions des femmes. 
Près d’une centaine de femmes dirigeantes venant du monde de la politique, de l'économie, des sciences, de la société civile et des médias ont participé à ce grand rendez-vous . Parmi elles, la Reine Rania de Jordanie, la Présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, Erna Solberg Première ministre norvégienne, Helen Clark administratrice du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Margret Chan directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Nkosazana Dlamini Zuma Présidente de la Commission de l'Union africaine ainsi que Michaëlle Jean secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie, ou encore Mary Robinson ancienne Présidente d’Irlande ou la célèbre journaliste de télévision Christiane Amanpour.
Quatre thèmes majeurs ont dominé les débats : « La participation politique des femmes », « L’autonomisation économique des femmes », « Nouvelles opportunités pour les femmes dans un monde numérique », « Femmes et santé ».
 
Participante à la table ronde sur les « Nouvelles opportunités pour les femmes dans le monde numérique », la Présidente de la CGEM a souligné que « L'univers numérique est comparable à ce que  fut la découverte de l'électricité : un phénomène qui est en train de devenir omniprésent dans la vie quotidienne ». Elle a souligné  que  « le digital est l'avenir » et rappelé que « selon l’Organisation des Nations Unies, de nos jours, 95 % des emplois nécessitent des compétences technologiques  et qu'il y a 200 millions de femmes moins connectés que les hommes à travers le monde, et les femmes sont 30% moins équipées que les hommes. »
 
La Présidente de la CGEM a exposé l'expérience marocaine en matière de promotion des conditions de la femme dans différents domaines, notamment social, économique et politique, en mettant en avant les différentes réalisations et acquis obtenus en faveur de la femme marocaine.
Elle a également illustré le rôle du digital dans l’émancipation économique des femmes en citant en exemple  le modèle des femmes qui ont réussi dans la sauvegarde et la réhabilitation de la culture de l'huile d'argan à laquelle les nouvelles technologies ont fortement contribué.

Cette filière, qui s'appuie essentiellement sur des femmes, de la production à la commercialisation passant par la gestion et la prospection de marchés à l'étranger, a contribué à l'émergence de filières de production exemplaires associant des femmes du monde rural à des processus d’exportation et de promotion qui ont fait de l’Arganier un « Label Maroc ». 
 
Pour la Présidente de la CGEM, « le monde numérique peut entraîner davantage de femmes à entreprendre, car elles auront un meilleur accès à la connaissance : le monde numérique peut les aider à passer de micro-entreprises à une véritable PME, avec l'amélioration des processus organisationnels et des modèles de production ».
 
La cérémonie d’ouverture du Forum a été marquée par le mot d’ouverture de Mme Maria Böhmer, ministre adjointe aux Affaires étrangères, qui a souligné le rôle des femmes dans la sauvegarde de la paix et dans les conflits. Face aux crises et aux conflits qui traversent le monde aujourd'hui, tous les États sont appelés à agir : « Plus les femmes seront assises aux tables de négociation, meilleures seront les solutions », a déclaré Mme Böhmer.
 
Enfin, les participantes au forum ont encouragé les pays du G7 à poursuivre le travail pour promouvoir l'égalité des sexes ainsi que la pleine participation et l'autonomisation des femmes et des filles. Mais également à prendre les mesures nécessaires pour augmenter d'un tiers le nombre de femmes et de filles techniquement et professionnellement éduqués et formés dans les pays en développement d'ici à 2030. Les participantes ont salué l'accord du G7 sur des principes communs pour stimuler l'entreprenariat féminin. 
Le Sommet des Nations Unies à New York pour l'adoption de l'Agenda 2030 pour le développement durable mettra l'accent sur les conditions-cadres pour l'égalité des sexes et l'autonomisation économique des femmes. 
 
 
 
Partager
Voir plus