La présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun, accompagnée du Vice-Président général, M. Salaheddine Kadmiri, ainsi que d'une délégation d'une trentaine de  personnes composée de Présidents de commission, de fédérations et d'associations affiliées à la Confédération, ainsi que des présidents de CGEM-Régions, a tenu hier à Rabat une réunion de travail co-présidée avec le Ministre de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, M. Moulay Hafid Elalamy au sein du ministère.

Le Ministre était accompagné de son ministre délégué en charge de la petite entreprise et de l'intégration de  l'informel, M. Mamoun Bouhadhoud, ainsi que des directeurs du  ministère et des représentants d'autres départements ministériels.


Au cours de cette réunion, M. le Ministre a présenté l'Etat d'avancement du Plan d'accélération industrielle, lancé en avril dernier. Il a notamment mis l'accent sur  les premiers écosystèmes appelés à prendre forme, le schéma de fonctionnement du Fonds de développement industriel, le foncier devant être mis à la disposition des opérateurs en mode locatif ainsi que les mesures à prendre en vue d'équilibrer la balance commerciale.

De son côté, la présidente de la CGEM a illustré les points de convergence du Plan étatique avec  l'Etude sur la compétitivité des entreprises, réalisée par la Confédération et rendue publique à fin mars dernier et a insisté sur les synergies à mettre en place pour une plus grande efficacité et un effet réel sur le tissu économique. Tout en mettant en exergue  l'importance de la réindustrialisation du Maroc et en soulignant  l'implication et le nécessaire  travail des fédérations de la CGEM dans ce chantier, Miriem Bensalah Chaqroun a souligné que la restauration de la compétitivité de l'entreprise et le renforcement des industries existantes sont les premières urgences à traiter en vue  de réussir la réindustrialisation de notre pays.

Miriem Bensalah Chaqroun a notamment invité les pouvoirs publics à solutionner les problématiques de délais de paiement, de butoir de TVA  ainsi que l'alourdissement des charges des entreprises, qui pénalisent à la fois leur trésorerie et leur compétitivité.

Par ailleurs, dans le but d¹optimiser la gouvernance du Plan d'accélération industrielle, la Présidente de la CGEM a proposé la mise en place, d¹une commission mixte public-privé de concertation et de pilotage,  dont le rôle sera d¹aller au-delà des seules concertations sectorielles entre le ministère et les fédérations de la CGEM, une commission qui mesurerait les efforts entrepris et apporterait les ajustements nécessaires s'il y a lieu.
 

Voir plus