Les partenariats grandes entreprises (GE)-petites et moyennes entreprises (PME) constituent un puissant levier pour la pérennisation de l'industrie marocaine et l'émergence d'écosystèmes performants, a affirmé, mercredi 4 février à Tanger, le président de la commission Partenariats GE-PME de la CGEM, Faiçal Mekouar.

« Le développement de l'industrie marocaine et la construction d'écosystèmes performants passent nécessairement par l'établissement de partenariats GE-PME par secteur d'activité, par filière et par région », a précisé M. Mekouar, qui intervenait lors d'une rencontre régionale sous le thème « les partenariats: une nouvelle dynamique au profit des entreprises ».

Ainsi, les partenariats GE-PME, qui s'inscrivent dans le cadre du plan d'accélération industrielle 2014-2020, représentent, aux yeux du responsable, le moteur de réussite des stratégies nationales, dont la stratégie logistique, le plan éolien et le plan Maroc Vert.

Il a, dans ce cadre, souligné que la construction de partenariats réussis nécessite le changement de paradigmes en matière des relations qu'entreprennent les entreprises entre elles, afin d'instaurer un climat d'affaires basé sur la confiance, de hisser des synergies bénéfiques de part et d'autre et de créer des écosystèmes compétitifs aux niveaux national et international.

M. Mekouar a fait savoir que la commission a fait l'état des lieux pour étudier certaines expériences de partenariats réussis dans plusieurs pays selon une approche de benchmarking, notant que l'étude a porté également sur l'expérience marocaine, notamment celles des groupes OCP, Managem et Cosumar, qui ont déjà essaimé des partenariats dans le cadre de leurs filières.

Cette étude fait ressortir, poursuit M. Mekouar, cinq modèles complémentaires de partenariat, à savoir les contrats-cadres, la sous-traitance, le co-développement, l'essaimage et le portage à l'export, qui s'adaptent selon les relations qu'entreprennent les GE et les PME, afin de répondre aux enjeux de la filière et du projet type, tant à l'échelle nationale qu'internationale.

Et de souligner que « La CGEM a mis en place un portail pour permettre aux entreprises de s'inscrire et de renforcer leur visibilité et d'identifier les entités avec lesquelles elles envisagent de hisser des partenariats, afin de se fédérer autour des cas pratiques (business case) qui correspondent à un besoin d'activité ».

Ce mécanisme vise également à encourager l'innovation au niveau des partenariats GE-PME et à mettre à la disposition des entreprises des informations nécessaires pour tisser des relations avec les institutions chargées de l'accompagnement des sociétés marocaines aux niveaux technique et financier, dont l'Agence nationale pour la promotion de la PME (ANPME) et la Caisse centrale de garantie (CCG), a noté M. Mekouar, appelant les entreprises à s'inscrire sur le portail mis en place par la CGEM pour bénéficier des opportunités qu'il offerte.

La démarche de construction de cas pratiques consiste à identifier les enjeux de la GE et le projet fédérateur, définir les bénéfices attendus et à mettre en place les mesures d'accompagnement nécessaires favorisant l'activation effective de la contribution de chaque partie prenante. M. Mekouar a cité, à cet égard, les quatre business case mis en place à Casablanca, à savoir les plateformes d'ingénierie en process industriels, d'ingénierie mécanique, de logistique et de transport et d'ingénierie industrielle.

Il a également passé en revue les bénéfices d'un partenariat GE-PME pour les deux parties et pour l'économie nationale, dont les gains en compétitivité, le recentrage sur le cœur du métier, la stimulation de l'innovation et l'acquisition de compétences, faisant savoir que l'objectif est de fédérer 30 à 50 GE et 3.000 à 6.000 PME à l'horizon 2018.

Programmes d’appui de l’ANPME

Pour sa part, le représentant de l'ANPME, Abderrahim Aquesbi, a fait savoir que près de 4.800 entreprises ont bénéficié des programmes de l'Agence en 2014, dont 650 PME et 4.109 TPE, avec la création de 69.000 emplois et l'engagement de 2 milliards de dirhams d'investissements.

Par région, le Grand Casablanca s'accapare 23 % des entreprises bénéficiaires, suivie de Marrakech-Tensift-Al Haouz (11 %), Fès-Boulmane (10 %), Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (9 %) et Tanger-Tétouan (2 %), a-t-il précisé.
Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la tournée régionale de la commission, visant à insuffler une nouvelle dynamique en matière entrepreneuriale et promouvoir les relations de partenariat entre les GE et les PME.

La commission Partenariat GE-PME de la CGEM a pour mission de développer et de favoriser les partenariats entre les GE et les PME en leur offrant un cadre adapté, tout en leur permettant de mieux se connaître en échangeant sur les enjeux mutuels, leurs activités, les domaines de compétences respectifs, les projets de développement futurs et les opportunités à l'export.

 

 

Partager
Voir plus